mon Dieu, oui . Ainsi, quand vous reviendrez à Paris vous me trouverez homme posé et peutêtre père de famille. Cela ira bien à ma gravité naturelle, n'estce pas . En tout cas, comte, je vous le répète, moi et les miens sommes à vous corps et âme. J'accepte, dit le comte, car je vous jure qu'il ne me manquait que cette occasion pour réaliser des projets que je rumine depuis longtemps.» Franz ne douta point un instant que ces projets ne fussent ceux dont le comte avait laissé échapper un mot dans la grotte de MonteCristo, et il regarda le comte pendant qu'il disait ces paroles pour essayer de saisir sur sa physionomie quelque révélation de ces projets qui le conduisaient à XXXVIII. Le rendezvous. sac longchamp imitation croco 123 Page 127 Le Comte de MonteCristo, Tome II Paris . mais il était bien difficile de pénétrer dans l'âme de cet homme, surtout lorsqu'il la voilait avec un sourire. «Mais, voyons, comte, reprit Albert enchanté d'avoir à produire un homme comme MonteCristo, n'estce pas là un de ces projets en l'air, comme on en fait mille en voyage, et qui, bâtis sur du sable, sont emportés au premier souffle du vent . Non, d'honneur, dit le comte . je veux aller à Paris, il faut que j'y aille. Et quand cela . Mais quand y serezvous vousmême . grand sac imitation longchamp Moi, dit Albert . oh . mon Dieu . dans quinze jours ou trois semaines au plus tard . le temps de revenir. Eh bien, dit le comte, je vous donne trois mois . vous voyez que je vous fais la mesure large. sac besace imitation longchamp Et dans trois mois, s'écria Albert avec joie, vous venez frapper à ma porte . Voulezvous un rendezvous jour pour jour, heure pour heure . dit le comte, je vous préviens que je suis d'une exactitude désespérante. Jour pour jour, heure pour heure, dit Albert . cela me va à merveille. Eh bien, soit. Il étendit la main vers un calendrier suspendu près de la glace.